Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Christophe Verkest blog
  • Le Christophe Verkest blog
  • : Un peu de tout sur n'importe quoi. Sérieusement sans se prendre au sérieux.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens

16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 11:14

Agacé. Chris Froome est agacé que l'on ne cesse de se poser des questions sur ses performances dans le tour de France. Toute son équipe est agacée et d'autres coureurs cyclistes aussi. Et de dénoncer un quasi procès en sorcellerie dont se rendraient coupables les médias. Ben oui, si Chris Froome est un coureur "propre" (on peut rêver, ce n'est pas interdit) c'est sûrement très agaçant d'entendre parler de dopage. Mais,  messieurs du peloton, c'est la faute à qui tout cela ?  Si tout le monde se pose des questions au moindre coup de pédale efficace d'un coureur du tour dans un col, c'est parce que  l'histoire du cyclisme est malheureusement remplie de nombreux  cas de dopages. Et que face à cela c'est trop souvent l'omerta qui a prévalu. On se souvient comment ont été traités, par les autres coureurs, les rares hommes qui ont eu le courage de vouloir lever le voile. Ostracisés, vilipendés, devenus à jamais de vilains petits canards qui n'avaient plus leur place dans la "famille". Alors maintenant,  oui le doute est partout et il touchera peut être des coureurs qui ne le méritent pas. Mais ce n'est pas une fois que l'on a cassé son jouet qu'il faut se préoccuper de sa capacité de résistance aux coups.

Repost 0
Published by chblogacricri - dans Sports
commenter cet article
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 16:50

Elle s'appelle Sarah Attar. Elle a bouclé sa série du 800 m aux jeux olympiques de Londres en 2mn44s95. Loin, très loin derrière toutes les autres concurrentes. Et  à l'inévitable jeu de "l'image qui vous restera de ces jeux olympiques 2012" c'est celle de cette jeune femme sur la piste d'athlétisme londonienne que je choisis . Parce que Sarah Attar est la première femme saoudienne à disputer les Jeux olympiques. Alors certes je me méfie comme de la peste de notre propension à vouloir ériger notre système de pensée occidentale en référence universelle, certes Sarah Attar dont la mère est Américaine n'est pas forcément représentative des femmes de son pays, mais cette première olympique est intéressante. Parce que,  quelle que soit la culture dominante d'une société, il est primordial qu'au sein de celle ci et en respectant les autres, tous les individus aient le droit de choisir leur chemin, fut-il à contre courant.  Et cette présence prouve une nouvelle fois que le sport, par son côté universel, peut faire avancer des idées, tomber des préjugés, être école de tolérance. (bon ne soyons pas angélique, le sport a aussi de sales travers mais là n'est pas le propos...).

Il peut d'ailleurs aussi être le reflet d'évolutions fondamentales de notre société comme  cette autre image saisie à Londres, du futur champion olympique du 400m, Kirani James échangeant son dossard avec Oscar Pistorius. Non pas parce que le premier est valide et le second handicapé. Mais parce que le premier est un athlète noir et qu'Oscar Pistorius est un Sud Africain blanc. Le fait que ce geste n'étonne plus personne est l'heureuse preuve que l'époque de l'Apartheid est bien révolue.

Repost 0
Published by chblogacricri - dans Sports
commenter cet article
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 16:49

Loin de moi l'idée de casser la belle ambiance olympique, par contre, l'idée du "tous égaux sur la ligne de départ" oui ...

Lorsque l'on se penche sur le tableau des médailles et la densité d'athlètes qualifiés pour les finales on retrouve sans surprise la Chine, les USA, la Russie, les pays d'Europe de l'Ouest et le Japon. Pour les trois premiers, la loi du nombre s'impose : plus on est nombreux, plus on a de chances de "sortir" des champions. Pour les autres par contre, ça ne fonctionne pas. Là où la France, par exemple,  compte près de 65 millions d'habitants, l'Iran en compte 75, le Nigeria 155 et le Pakistan 177 avec des résultats sportifs , on en conviendra, nettement inférieurs.

Ce serait enfoncer des portes ouvertes que de remarquer que l'on s'inquiète d'abord de manger à sa faim et d'avoir un toit sur sa tête avant de penser à sa carrière sportive. Mais au delà de ce point, vital, il est clair aussi, lorsque l'on regarde les compétitions internationales aujourd'hui, qu'elles sont devenues une histoire de moyens financiers. Les méthodes de préparation sont tellement pointues aujourd'hui que sans un suivi médical de premier point, des techniques de récupération, des diététiciens, des préparateurs physiques, des sophrologues, du matériel performant, des agents pour ramener de l'argent, etc...point de salut. Et  même si l'on peut toujours trouver l'exception qui confirmera la règle, mieux vaut avoir le triomphe modeste lorsque nous, les riches, voyons nos représentants monter sur le podium.

Repost 0
Published by chblogacricri - dans Sports
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 09:42

Les équipes de France,  féminine et masculine, de roller hockey vont disputer du 30 juin au 14 juillet les championnats du monde de leur discipline. Un rendez vous annuel qui cette année se déroule à Bucaramanga en Colombie. Une destination lointaine qui, faute de moyens, a amené la fédération française de roller skating à limiter sa délégation. Ainsi les hommes ne partiront qu'avec quatorze joueurs au lieu de seize normalement. Les filles, elles, sont encore logées à une plus mauvaise enseigne (ben oui, ce ne sont que des filles....) puisqu'elles ne seront que douze, soit même pas trois blocs complets. Espèrons pour elles qu'elles ne compteront pas rapidement trop de blessées.

Dans le même temps l'équipe de France de football prend l'avion pour se déplacer de Valenciennes au Touquet. Cherchez l'erreur.

Repost 0
Published by chblogacricri - dans Sports
commenter cet article
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 12:59

Rafraîchissant. Le terme ne semble pas franchement approprié compte tenu de la chaleur qui a régné hier à Amiens mais l'ambiance et le sens même de l'Amiénoise, cette course pédestre dont les femmes sont les héroïnes, dégagent  un vrai courant d'air frais. Des femmes de tout âge, d'horizons sociaux très différents, des sportives de haut niveau, des sportives régulières, des sportives d'un jour, toutes réunies avec certes des motivations diverses mais quasiment toutes animées par l'envie  "d'en être"; de participer à l'événement. Un événement où l'on découvre des quadra, bien installées dans la vie, énervées comme des premières communiantes, stressées comme des candidates au bac, impatientes comme des petites filles au pied du sapin de Noël. Des femmes qui après 10 kilomètres d'effort, sprintent pour passer devant leur voisine. Non pas pour finir 422° au lieu de 423° mais par jeu, juste par jeu. Et tout celà, oui c'est rafraîchissant. Parce que cela prouve que le sport c'est aussi celà, c'est surtout cela. Loin des supporters braillards abreuvés de mauvaise bière (je dis mauvaise parce qu'il existe d'excellentes bières qui se dégustent), des gestes bravaches de petits coqs en mal de reconnaissance, de tricheries, de dopage organisé, de courses aux primes, il y a ce sport plaisir, ce sport qui rassemble. Et à une époque que l'on dit dominée par l'individualisme et l'égoïsme forcenés, on (re)découvre que l'on peut trouver son intérêt personnel dans une oeuvre collective. Rafraîchissant je vous dis.

 

Repost 0
Published by chblogacricri - dans Sports
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 12:48

Il est toujours plus facile de défoncer des portes ouvertes que de marcher à contre courant. Bien sûr qu'il est scandaleux de dépenser des milliers d'euros à réchauffer des pelouses pour permettre d'organiser des rencontres sportives (qui en plus n'auront finalement pas lieu !!) alors que des gens meurent de froid dehors et que bien plus encore sont plongés dans une précarité énergétique. Mais - et la comparaison est de saison - ce n'est là que la partie visible de l'iceberg.

Parmi les personnes qui dénoncent cette gabegie, combien le reste du temps se scandalisent pour les salaires indécents qui sont légion dans le monde du football ? Sport qui, soit dit en passant, permet  de montrer avec ses pieds une certaine intelligence de jeu tout en étant con comme un pied, mais là n'est pas le débat. Combien sont révoltés par les sommes englouties pour des manifestations sportives, par tous ces VIP (rien que l'expression me hérisse) qui se gavent aux frais du contribuable ? Et parmi ceux-là , combien sont prêts à ne surtout pas faire comme eux si on les invite ? .  (NDR : ça, c'est pour moi, oui j'avoue, j'ai déjà pêché...)

Combien s'offusquent de voir les collectivités locales détourner la loi Buffet,qui leur interdit de subventionner le sport  professionnel, en payant des prestations de communication aux clubs ? Quand, dans le même temps, d'autres clubs se battent pour arracher deux francs six sous pour permettre à des gamins de familles défavorisées de pratiquer une discipline où, malheureusement, le matériel coûte cher?

Plus pervers encore, la valeur d'un sportif semble maintenant ne s'apprécier qu'au prix qu'il coûte au club qui l'engage. Parce qu'il y a de l'adminiration dans l'oeil du supporter quand il annonce que tel renfort a coûté x millions d'euros et qu'il va gagner en un mois ce que lui ne gagnera pas en dix ans. Cela tient du nouvel opium du peuple. Mais bon, moi je dis ça, parce que l'on ne m'a rien demandé.

Repost 0
Published by chblogacricri - dans Sports
commenter cet article
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 14:29

<On ne les a pas battus, mais ils ont chié dans leur froc pendant quarante minutes».Que le lecteur nous pardonne ces familiarités mais hier matin, la messe ne se disait pas en latin, ni en termes fleuris. Elle était ovale et se célébrait au comptoir.
Enfin pour être tout à fait honnête, si la religion rugby a envahi pour quelque temps notre terre amiénoise en ce dimanche matin, c’est le canapé du salon qui a souvent servi de lieu de culte et le pyjama qui a fait office de soutane. Pendant la finale de la coupe de monde de rugby retransmise hier matin à partir de 10 heures sur le petit écran, les rues d’Amiens ressemblaient en effet à ce qu’elles sont chaque dimanche matin : calmes et désertes. Il y avait toutefois quelques petits foyers de résistance à la morosité et à l’individualisme forcené.
Comme au café des Beaux arts, rue Frédéric Petit, café d’habitués où le patron Benoît Rebuttini a proposé une mâtinée sur réservations avec viennoiseries offertes. Enfin ça, c’était bon pour la première mi-temps, la mi-temps du petit noir, celle où le petit Français était la victime expiatoire de la machine black. En deuxième mi-temps changement de décor, l’assemblée de spectateurs, les clients de la fac de pharmacie, les salariés d’Amiens Métropole, les fans de rugby… enfin tous ceux qui passent aux «Beaux arts» en semaine, se muent en supporters. «Allez les bleus, Benoît remet moi une bière». Ça commence à ressembler àn quelque chose, histoire de faire mentir un peu Benoît justement, le maître des lieux : «La France ce n’est pas un pays à l’âme sportive où l’on se bouge pour être derrière son équipe<».
Le décalage horaire n’aide pas non plus. Tout juste les organisateurs ont-ils eu la délicatesse de faire coïncider la fin du match avec l’heure de l’apéro. Où l’on noiera donc son chagrin, faute de célébrer la victoire. En pratiquant notre vrai sport national, l’analyse de comptoir. Où, que le lecteur nous pardonne, on ne dit pas la messe en latin.
CHRISTOPHE VERKEST

 

Dans le Courrier Picard du 24/10/2011

Repost 0
Published by chblogacricri - dans Sports
commenter cet article
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 15:41

Confrontés à une pression médiatique à laquelle ils ne sont visiblement pas (suffisament) préparés, les rugbymen français et leur entraîneur s'emmêlent régulièrement les pinceaux dans les fils des micros. Tant mieux. Dans un monde où la langue de bois est utilisée comme une sorte d'espéranto et où  les journalistes sportifs coupent les cheveux en quatre, leurs "erreurs" de communication sont autant de courants d'air frais. Parce que oui à force d'être contraints de parler devant un parterre de journalistes on finit immanquablement par dire des conneries, parce que, non un groupe d'hommes ne vit pas ensemble pendant deux mois sans anicroches, ni petits conflits. Alors autant l'assumer et ne pas faire comme si ça n'existait pas.

Tout ceci, sans oublier l'essentiel : toutes les autres équipes présentes dans ce mondial de rugby aimeraient beaucoup être aujourd'hui à la place de l'équipe de France. En finale, contre les Blacks.

Repost 0
Published by chblogacricri - dans Sports
commenter cet article
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 17:33

Petite réception hier soir à la Préfecture pour la remise des prix de la vocation sportive féminine. Dixième édition. Je connais, je faisais partie du jury lors des premières années. Un prix créé pour promouvoir et aider la pratique sportive féminine et l'accès aux fonctions dirigeantes.

Une soirée qui, si elle m'a permis de tester la qualité du champagne du Préfet et de revoir quelques amis, m'a aussi aidé  en écoutant les discours convenus des officiels (tous des hommes) de prendre conscience du côté ambivalent  de ce genre de prix. A les entendre discourir avec peine des femmes, de vanter leur mérite, de glorifier leur engagement, j'ai compris combien le caractère généreux de cette initiative n'était finalement qu'une illustration des disparités importantes qui existent encore entre les deux sexes. Finalement, le prix de la vocation sportive c'est comme les restos du coeur : dans une société idéale, ça ne devrait pas exister.

Mais c'est peut être l'abus de champagne qui me fait dire ça.

Repost 0
Published by chblogacricri - dans Sports
commenter cet article
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 18:51

C'est  un air qu'il m'arrive d'avoir dans la tête. Autant le dire tout de suite : plus ringard tu meurs. Au mieux pourrait-on  parler de charme suranné. Une chanson de supporters (les Québécois disent "partisans" pour éviter l'anglicisme) que j'entendais au stade Paul Delique d'Abbeville dans ma jeunesse quand il nous arrivait de disputer des compétitions d'athlétisme en même temps que se jouait un match de football. La mauvaise sono du stade crachait donc cette chanson qui devait être efficace puisque quarante ans après je me souviens encore des paroles. Grands moments de poésie sportive :" Enfants chéris des Abbevillois, tous avec ardeur nous défendons nos couleurs."..(sic). Rien à voir avec les hymnes entonnés aujourd'hui dans nos enceintes sportives, où l'on raille les tendances sodomites supposées des supporters adverses ou leur choix évident de l'homosexualité sauf s'ils acceptent de sauter sur leurs deux pieds en même temps que les autres.

Blague dans le coin, ces différences notables de contenu entre les hymnes d'hier et ceux d'aujourd'hui montrent que dans les tribunes on est passé de l'encouragement des siens au dénigrement de l'autre. Et ça n'a rien d'anodin.

Enfin moi je dis çà, parce qu'on m'a rien demandé.

Repost 0
Published by chblogacricri - dans Sports
commenter cet article