Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Christophe Verkest blog
  • Le Christophe Verkest blog
  • : Un peu de tout sur n'importe quoi. Sérieusement sans se prendre au sérieux.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens

20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 15:06

Le salaire moyen d'une femme est inférieur d'environ 27% par rapport à celui d'un homme en 2012 en France. Pour le montant de l'allocation retraite c'est pire,  puisque cette différence est de l'ordre de 50%. Sur 577 députés qui siègent à l'assemblée nationale, il n'y a que 107 femmes. Et l'on ne rencontre que  8% de femmes au sein des conseils d'administration des 500 plus grandes entreprises françaises. Heureusement des associations féministes veillent et l'une d'entre elles vient d'obtenir une victoire importante, que dis-je importante, capitale : la suppression du terme "Mademoiselle" des documents administratifs. Les machos ne s'en relèveront pas.

Toutes proportions gardées, j'attends avec impatience que les opposants syriens se congratulent parce qu'ils ont obtenu que les militaires les vouvoient avant de les massacrer ou que les Somaliens se félicitent d'avoir réussi à imposer que l'on remplace les serviettes en papier par des serviettes en tissu pour les repas qu'ils ne prendront pas...

Repost 0
Published by chblogacricri
commenter cet article
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 10:09

Que les choses soient claires, il ne me viendrait pas à l'idée de promouvoir ici ou aillleurs l'idée selon laquelle prendre le volant après deux ou trois petits verres serait sans conséquence. Mais je reste circonspect sur l'utilité d'avoir un éthylotest dans sa voiture. J'ai du mal à imaginer une personne rentrant dans sa voiture, soufflant dans son éthylotest et en le voyant vivrer positif renoncer à rentrer chez elle. De deux choses l'une où l'on a affaire à des gens qui ont intégré la notion de "celui qui conduit ne boit pas" et qui prennent leur disposition  : je rentre à pied, je reste couché sur place, je ne bois pas, j'appelle un taxi, je rentre avec quelqu'un qui n'a pas bu...(ça sent le vécu, hein ? ). Ou l'on a affaire à des gens qui n'ont pas intégré cette notion et ce n'est pas en leur imposant la présence d'un éthylotest dans leur voiture qu'on leur fera changer de comportement . Pour ceux là il faudra vraiment trouver autre chose. (N.B. : Le système de l'éthylotest qui bloque le démarreur me semble être, à terme, une arme plus efficace même si ce n'est pas la panacée)

 

P.S. : Question subsidiaire : je rentre dans ma voiture, je souffle dans mon éthylotest règlementaire qui me donne le feu vert. Un peu plus loin je fais l'objet d'un contrôle de police qui constate l'absence d'éthylotest dans ma voiture (évidemment je viens de m'en servir). Je prends une prune ?

Repost 0
Published by chblogacricri
commenter cet article
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 17:32

La logique des services de l'Etat me laisse parfois pantois. Garçon souvent  distrait et parfois un peu réfractaire aux obligations règlementaires, j'ai laissé passer la date du contrôle technique de mon véhicule et, tant qu'à faire, j'ai aussi oublié de changer l'adresse sur ma carte grise (à force de déménager il est vrai, je m'y perd un peu). Contrôlé par la maréchaussée le 1° avril (si, si c'est vrai), je fais l'objet d'une immobilisation "partielle" de mon véhicule avec confiscation de ma carte grise, le temps que je sacrifie à mes obligations de contrôle technique. Ce que je fais. Je récupère donc ma carte grise. Merci monsieur, au-revoir monsieur. Puis...plus rien. Jusqu'à samedi dernier, 25 février donc, et une gentille lettre me réclamant la coquette somme de 772 euros pour deux amendes joliement majorées. Panique. Chérie on annule les vacances et on vend le chien. Un dimanche pour me calmer, un petit footing, une tisane et au lit.   Lundi je pars donc vers le tribunal de police pour m'étonner de ces majorations alors que je n'ai jamais reçu le moindre avis. (pourquoi ce type de courrier n'est pas envoyé par recommandé ? Quitte à faire payer les frais d'envoi par le contrevenant).Je fais mon plus beau sourire à une dame qui a sûrement beaucoup de qualité mais un sens de l'humour relativement limité et je lui explique que si on me verbalise parce qu'il n'y a pas  la bonne adresse sur la carte grise, c'est un peu ballot d'envoyer les contraventions à l'adresse figurant sur cette carte. Puisque je n'y habite plus (CQFD). Elle n'a même pas opiné du chef mais je m'en fous. Sans autre forme de procès, c'est le cas de le dire, elle m'a tapé un imprimé annulant mes majorations parce que "les avis de contravention ont été envoyés à l'adresse figurant sur la carte grise du véhicule au moment des faits". Finalement  je m'en dire pour les règlementaires 180 euros d'amende (oui, je sais çà pique quand même mais j'étais presque content de les payer parce que j'avais l'impression d'économiser 600 euros sur le coup). Mais en attendant il a fallu que les services de l'Etat envoient trois lettres à une adresse périmée avant de trouver la bonne. Si le 1° avril la maréchaussée l'avait notée sur son petit calepin, on aurait gagné du temps. Et évité des angoisses.

Moralité de l'histoire : il est toujours bon de contester les décisions iniques.

N.B. : Tout est vrai, sauf le chien...

Repost 0
Published by chblogacricri
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 12:48

Il est toujours plus facile de défoncer des portes ouvertes que de marcher à contre courant. Bien sûr qu'il est scandaleux de dépenser des milliers d'euros à réchauffer des pelouses pour permettre d'organiser des rencontres sportives (qui en plus n'auront finalement pas lieu !!) alors que des gens meurent de froid dehors et que bien plus encore sont plongés dans une précarité énergétique. Mais - et la comparaison est de saison - ce n'est là que la partie visible de l'iceberg.

Parmi les personnes qui dénoncent cette gabegie, combien le reste du temps se scandalisent pour les salaires indécents qui sont légion dans le monde du football ? Sport qui, soit dit en passant, permet  de montrer avec ses pieds une certaine intelligence de jeu tout en étant con comme un pied, mais là n'est pas le débat. Combien sont révoltés par les sommes englouties pour des manifestations sportives, par tous ces VIP (rien que l'expression me hérisse) qui se gavent aux frais du contribuable ? Et parmi ceux-là , combien sont prêts à ne surtout pas faire comme eux si on les invite ? .  (NDR : ça, c'est pour moi, oui j'avoue, j'ai déjà pêché...)

Combien s'offusquent de voir les collectivités locales détourner la loi Buffet,qui leur interdit de subventionner le sport  professionnel, en payant des prestations de communication aux clubs ? Quand, dans le même temps, d'autres clubs se battent pour arracher deux francs six sous pour permettre à des gamins de familles défavorisées de pratiquer une discipline où, malheureusement, le matériel coûte cher?

Plus pervers encore, la valeur d'un sportif semble maintenant ne s'apprécier qu'au prix qu'il coûte au club qui l'engage. Parce qu'il y a de l'adminiration dans l'oeil du supporter quand il annonce que tel renfort a coûté x millions d'euros et qu'il va gagner en un mois ce que lui ne gagnera pas en dix ans. Cela tient du nouvel opium du peuple. Mais bon, moi je dis ça, parce que l'on ne m'a rien demandé.

Repost 0
Published by chblogacricri - dans Sports
commenter cet article
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 11:55

Un récent sondage (IPSOS/Logica business Consulting) révèle qu'un Français sur deux pense les femmes et les hommes politiques d'aujourd'hui moins sincères que ceux d'hier. Et 58% pensent que les choses se sont dégradées s'agissant "de la confusion entre les intérêts personnels et les responsabilités politiques".

Est-ce que cela veut dire pour autant que les politiques sont réellement moins sincères, ou pour parler plus directement "plus véreux", qu'avant ? Ce sondage mesure la perception qu'ont les Français de leurs élus, pas ce que sont réellement ces élus. D'abord parce qu'il est bien humain de cultiver la nostalgie et de trouver que les choses étaient mieux avant. Puisqu'avant on était plus jeune. Mais surtout il est difficile de comparer la vie politique d'aujourd'hui et celle d'il y a trente ans. Entre deux les idéologies ont été bousculées, l'Union soviétique a disparu, les régimes communistes ont fondu comme neige au soleil.  Aujourd'hui le monde occidental impose son consensus démocratique et son libéralisme plus ou moins sauvage selon les cas. Autant entre un communiste et un UDR il y avait un vrai choc des idées, de vrais choix politiques, autant aujourd'hui les frontières, au moins aux yeux de bon nombre de Français, sont plus flous entre un socialiste, un nouveau centre, un UMP...Les oppositions sont moins fondamentales. Conséquences : lorsque les électeurs sont amenés à voter, ils ont plus l'impression de voter pour un individu que pour un courant d'idées. De servir   une  carrière plutôt que de servir une cause. Et de là à penser qu'il n'y a que cette carrière qui intéresse l'élu, il n'y a qu'un pas.

 

N.B.: L'exposition médiatique actuelle, si elle sert les politiques, est aussi redoutable dans la mesure où elle ne laisse pas de côté leurs petits travers. Avant les petites combines entre amis apparaissaient peut être moins facilement au grand jour. Ceci explique aussi cela.

Repost 0
Published by chblogacricri - dans politique
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 13:46

La réflexion m'est venue en écoutant à la radio une déléguée syndicale de l'entreprise Lejaby dont l'accent de la Haute Loire a un peu martyrisé l'expression "made in France". N'est-il pas paradoxal que pour vanter, promouvoir ou défendre (c'est selon) la fabrication française, on recourt quasiment systématiquement à un anglicisme ? I'm very surprised, nom d'une pipe !

Repost 0
Published by chblogacricri
commenter cet article
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 10:59
Balade dans les Antilles néerlandaises
Balade dans les Antilles néerlandaises
Balade dans les Antilles néerlandaises
Balade dans les Antilles néerlandaises
Balade dans les Antilles néerlandaises
Balade dans les Antilles néerlandaises
Balade dans les Antilles néerlandaises
Balade dans les Antilles néerlandaises
Balade dans les Antilles néerlandaises
Balade dans les Antilles néerlandaises
Balade dans les Antilles néerlandaises

Balade dans les Antilles néerlandaises

Repost 0
Published by - dans photo
commenter cet article
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 15:28

Jeanne d'Arc... Et pourquoi pas Vercingétorix, Charles Martel (excellent pour le symbole !), le chevalier Bayard, le maréchal Murat ou le maréchal Foch....Entendons nous bien, voilà bien une liste de personnages tout à fait respectables dont nous aurions été bien incapables, nous même, d'épouser le destin. Mais ils ont aussi tous en commun d'être entrés dans l'histoire par des faits guerriers. Vous savez la guerre...ce truc où des hommes tuent d'autres hommes.

Et c'est bien l'occasion de reconnaître que nos manuels d'histoire d'hier (j'espère que ceux d'aujourd'hui sont différents) faisaient la part bien plus belle aux destins héroïques des champs de bataille qu'aux recherches de Marie Curie, de Pasteur ou de Léonard de Vinci qui, il est vrai, a aussi imaginé d'impressionnantes machines de guerre (Tiens si un week end vous ne savez pas quoi faire - http://www.vinci-closluce.com/  - ça vaut le détour). Bref que nous retenons plus de l'histoire le bruit des bottes et le son du canon que l'évolution sociale ou  les progrès scientifiques. Les belliqueux plus que les pacifistes.

Et choisir comme symbole Jeanne D'arc, dont l'histoire soit dit en passant reste incertaine, ne fait finalement que reproduire ce schéma. Comme les enfants français et allemands de l'entre deux guerre ont été nourris à la haine respective des uns et des autres et au nationalisme exacerbé. On a vu ce que ça a donné.

Repost 0
Published by chblogacricri - dans politique
commenter cet article
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 11:17

Dans une interview diffusée hier sur France Info, la délicieuse Audrey Tautou a estimé que la gentillesse était , à son avis, la forme supérieure de l'intelligence. A condition que l'on parle là des vrais gentils, pas ceux qui feignent de l'être avec des sourires diplomatiques, j'adhère complètement à cette définition.

Certes,  la vie ne se déroulant pas toujours comme dans les films américains, ce ne sont pas toujours les gentils, donc les plus intelligents, qui gagnent. Sauf que comme ils sont gentils et intelligents, ils savent que l'on peut voir la vie autrement que comme une compétition ou une série d'affrontements. Et dès que l'on a compris cela, elle devient plus facile.

Et alors, finalement,  c'est qui, qui gagne...?

Repost 0
Published by chblogacricri
commenter cet article
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 14:29

<On ne les a pas battus, mais ils ont chié dans leur froc pendant quarante minutes».Que le lecteur nous pardonne ces familiarités mais hier matin, la messe ne se disait pas en latin, ni en termes fleuris. Elle était ovale et se célébrait au comptoir.
Enfin pour être tout à fait honnête, si la religion rugby a envahi pour quelque temps notre terre amiénoise en ce dimanche matin, c’est le canapé du salon qui a souvent servi de lieu de culte et le pyjama qui a fait office de soutane. Pendant la finale de la coupe de monde de rugby retransmise hier matin à partir de 10 heures sur le petit écran, les rues d’Amiens ressemblaient en effet à ce qu’elles sont chaque dimanche matin : calmes et désertes. Il y avait toutefois quelques petits foyers de résistance à la morosité et à l’individualisme forcené.
Comme au café des Beaux arts, rue Frédéric Petit, café d’habitués où le patron Benoît Rebuttini a proposé une mâtinée sur réservations avec viennoiseries offertes. Enfin ça, c’était bon pour la première mi-temps, la mi-temps du petit noir, celle où le petit Français était la victime expiatoire de la machine black. En deuxième mi-temps changement de décor, l’assemblée de spectateurs, les clients de la fac de pharmacie, les salariés d’Amiens Métropole, les fans de rugby… enfin tous ceux qui passent aux «Beaux arts» en semaine, se muent en supporters. «Allez les bleus, Benoît remet moi une bière». Ça commence à ressembler àn quelque chose, histoire de faire mentir un peu Benoît justement, le maître des lieux : «La France ce n’est pas un pays à l’âme sportive où l’on se bouge pour être derrière son équipe<».
Le décalage horaire n’aide pas non plus. Tout juste les organisateurs ont-ils eu la délicatesse de faire coïncider la fin du match avec l’heure de l’apéro. Où l’on noiera donc son chagrin, faute de célébrer la victoire. En pratiquant notre vrai sport national, l’analyse de comptoir. Où, que le lecteur nous pardonne, on ne dit pas la messe en latin.
CHRISTOPHE VERKEST

 

Dans le Courrier Picard du 24/10/2011

Repost 0
Published by chblogacricri - dans Sports
commenter cet article