Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Christophe Verkest blog
  • Le Christophe Verkest blog
  • : Un peu de tout sur n'importe quoi. Sérieusement sans se prendre au sérieux.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens

12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 17:06

Ce matin France Info consacrait un reportage sur les  discriminations à l'embauche chez les cadres. Où il ressortait que ce n'était  ni la  couleur de peau ni le sexe qui étaient le plus souvent vécus comme des critères de discrimination mais l'âge. Et que passé 45 ans point d'avenir pour un cadre au chômage ou espérant progresser dans son entreprise. Une femme racontait ainsi toutes les difficultés qu'elle rencontrait lors des entretiens d'embauche, les opérations de calcul mental des DRH pour estimer son âge en fonction de celui de ses enfants. Et elle traduisait son exaspération alors que, justement, ses enfants étant en âge de se prendre en charge, elle était complètement disponible pour s'investir dans son travail. Qu'elle en avait le temps et une farouche envie. Mais voilà,  les dirigeants des entreprises, responsables de service ou DRH ne semblent pas aimer ces "séniors" qui du haut de leur expérience ont souvent la sale manie (même pas peur !) de ramener leur fraise, de ne pas courber l'échine (eh, pas con, avec les rhumatismes si on se courbe,après on a du mal à se relever). Saleté de vieux !

Je ne sais vraiment pas pourquoi je vous raconte cela.

Repost 0
Published by chblogacricri
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 09:42

Les équipes de France,  féminine et masculine, de roller hockey vont disputer du 30 juin au 14 juillet les championnats du monde de leur discipline. Un rendez vous annuel qui cette année se déroule à Bucaramanga en Colombie. Une destination lointaine qui, faute de moyens, a amené la fédération française de roller skating à limiter sa délégation. Ainsi les hommes ne partiront qu'avec quatorze joueurs au lieu de seize normalement. Les filles, elles, sont encore logées à une plus mauvaise enseigne (ben oui, ce ne sont que des filles....) puisqu'elles ne seront que douze, soit même pas trois blocs complets. Espèrons pour elles qu'elles ne compteront pas rapidement trop de blessées.

Dans le même temps l'équipe de France de football prend l'avion pour se déplacer de Valenciennes au Touquet. Cherchez l'erreur.

Repost 0
Published by chblogacricri - dans Sports
commenter cet article
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 12:59

Rafraîchissant. Le terme ne semble pas franchement approprié compte tenu de la chaleur qui a régné hier à Amiens mais l'ambiance et le sens même de l'Amiénoise, cette course pédestre dont les femmes sont les héroïnes, dégagent  un vrai courant d'air frais. Des femmes de tout âge, d'horizons sociaux très différents, des sportives de haut niveau, des sportives régulières, des sportives d'un jour, toutes réunies avec certes des motivations diverses mais quasiment toutes animées par l'envie  "d'en être"; de participer à l'événement. Un événement où l'on découvre des quadra, bien installées dans la vie, énervées comme des premières communiantes, stressées comme des candidates au bac, impatientes comme des petites filles au pied du sapin de Noël. Des femmes qui après 10 kilomètres d'effort, sprintent pour passer devant leur voisine. Non pas pour finir 422° au lieu de 423° mais par jeu, juste par jeu. Et tout celà, oui c'est rafraîchissant. Parce que cela prouve que le sport c'est aussi celà, c'est surtout cela. Loin des supporters braillards abreuvés de mauvaise bière (je dis mauvaise parce qu'il existe d'excellentes bières qui se dégustent), des gestes bravaches de petits coqs en mal de reconnaissance, de tricheries, de dopage organisé, de courses aux primes, il y a ce sport plaisir, ce sport qui rassemble. Et à une époque que l'on dit dominée par l'individualisme et l'égoïsme forcenés, on (re)découvre que l'on peut trouver son intérêt personnel dans une oeuvre collective. Rafraîchissant je vous dis.

 

Repost 0
Published by chblogacricri - dans Sports
commenter cet article
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 16:47
Petit tour à la pointe...
Petit tour à la pointe...
Petit tour à la pointe...
Petit tour à la pointe...
Petit tour à la pointe...
Petit tour à la pointe...

Petit tour à la pointe...

Repost 0
Published by - dans photo
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 09:48

Il y a parfois comme cela des moments où l'on a la désagréable impression que l'on vous considère comme une quantité négligeable. C'est un peu ce que doivent ressentir aujourd'hui les électeurs de la première circonscription de la Somme qui regardent d'en bas les luttes pathétiques des socialistes pour l'investiture dans ce coin du département traditionnellement acquis à la gauche. Alors certes les élections législatives ont ceci de particulier d'être un scrutin national se déroulant selon un schéma local. Où le député se veut à la fois législateur pour la France  mais aussi défenseur de son coin de territoire. Mais cette dimension nationale n'autorise pas pour autant les partis politiques à nous faire voter pour leur candidat comme on achète une boîte de conserve : en ne regardant que l'étiquette. Et ils seraient bien inspirés, parti socialiste en tête, de comprendre combien peut être blessante pour les autochtones que nous sommes cette façon de nous parachuter leurs cadres parisiens. Attitude que l'on aura tôt fait de considérer comme méprisante. Comme ci nous n'avions pas chez nous, au sein des appareils politiques locaux, des gens tout à fait aptes à exercer ces fonctions.

il ne s'agit pas à d'exacerber l'esprit de clocher, de se replier sur nous même mais de considérer que quand il s'agit de représenter un territoire, celui qui en parle le mieux, c'est celui qui y habite.

Il sera aussi difficile d'expliquer aux Samariens que l'on peut être adjointe au maire à Paris et députée à  Flixecourt et à Amiens Nord. Ce qui a autant de sens que d'être ajoint à Nice et député à Dunkerque. Ce n'est sûrement pas comme cela que l'on va réconcilier les citoyens avec la politique.

 

 

P.S. (c'est le cas de le dire !) : Je conseille aux élus parisiens de se procurer avant de venir faire campagne dans la vallée de la Nièvre, la celèbre méthode à Mimile qui leur permettra si ce n'est de parler comme nous, au moins d'essayer de nous comprendre.   (Par contre, laisser tomber les sabots, on n'en trouve plus beaucoup dans nos campagnes).

Repost 0
Published by chblogacricri - dans politique
commenter cet article
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 16:49

 

Réalisé sans trucage !!  Les petites phrases ci-dessous sont extraites de copies d'étudiants. Copies rendues pour le contrôle proposé à la fin de ma session de cours "Faits et idées du monde contemporain". J'ai respecté à la lettre l'orthographe et la syntaxe de ces étudiants qui, faut-il le rappeler, ont obtenu le bac l'an dernier.

 

Question sur la (petite) place réservée aux femmes en politique :

 

"Les électeurs gardent en tête qu'une femme est douce et qu'elle ne saura pas prendre de décisions dures voir importantes"

 

"La représentation des femmes en France en politique est peu importante car il y a peu de femmes qui peuvent avoir une lourde responsabilité en étant en congé maternité, par exemple"

 

"Marine Le Pen et Martine Aubry sont vue comme des personnes normales en politique, ils sont pas catégorifiés comme une femme souhaitant désespérement être entendu en clamant sa féminité à tous".

 

"Dans certains pays, il y a un pourcentage de femmes obligatoires".

 

"Nous ne pouvons malheureusement pas constater une parfaite et égale évolution entre l'évolution des moeurs et le temps qui passe".

 

"Les femmes sont souvent attachés à la femme domestique"

 

"Les femmes avaient un rôle fondamental dans les tâches ménagères et dans l'élevage des enfants"

 

"Lors des élections quand une femme se présente comment on a été élevé on pense tout de suite qu'elle n'est pas assez solide et qu'elle n'est pas faite pour cela".

 

 

Question sur les élections législatives :

 

"Un scrutin à double tours"

 

  "Aux législatives, on élit le nombre de sièges"

 

"On élit lors des législatives les différents ministres pour une même période que le président et se fait en deux tours ".

 

A propos des émissions de télé-réalité :

 

"Des émissions comme le maillon faible indique aux spectateurs qu'il ne faut pas avoir pitié de son adversaire".

 

"L'argent peut les rendres paraneau"

 

"Les émissions de téléréalité donnent du pouvoir aux spectateurs  en leur permettant de voter pour le candidat qui ne leur plait pas"

Repost 0
Published by chblogacricri - dans Les petites perles
commenter cet article
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 12:25
Petit aperçu trop court, évidemment.
Rome 2008
Petit aperçu trop court, évidemment.
Rome 2008
Petit aperçu trop court, évidemment.
Rome 2008
Petit aperçu trop court, évidemment.
Rome 2008
Petit aperçu trop court, évidemment.
Rome 2008
Petit aperçu trop court, évidemment.
Rome 2008
Petit aperçu trop court, évidemment.
Rome 2008
Petit aperçu trop court, évidemment.
Rome 2008

Petit aperçu trop court, évidemment. Rome 2008

Repost 0
Published by - dans photo
commenter cet article
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 12:16

Si tant est qu'il puisse y avoir des lecteurs fidèles de ce blog, je les encourage à aller voir celui de Carole : http://carole.legris.over-blog.com/.   C'est dans un tout autre style mais c'est remarquablement écrit.

Repost 0
Published by chblogacricri
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 16:01

 

 

fourmi

 

 

Le premier long métrage, très réussi (je peux vous l'assurer je l'ai vu deux fois),  pour le cinéma de Christine François, Amiénoise d'origine, sort en salle le 2 mai. A Amiens, il sera présenté au Ciné Saint Leu. Un débat avec la réalisatrice suivra la projection le 3 mai.

 

La bande annonce sur :

 

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19320418&cfilm=183695.html

Repost 0
Published by chblogacricri
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 15:18

 

Je suis né il y a près de 55 ans de cela. Le monde dans lequel j'ai grandi se divisait en deux. Le mien s'arrêtait aux frontières de l'Autriche ou de l'Allemagne. De l'autre côté du mur, c'était le bloc de l'Est, le communisme, cet inconnu qui inquiétait. Mon grand-père ne parlait pas des Allemands mais des bochesou des Chleux. A l'école des garçons, la récréation me permettait de jouer aux billes avec Philippe, Eric et Thierry.

Petit garçon mes parents nous emmenaient, mes soeurs et moi, en vacances en Espagne. Deux jours de route, pas d'autoroute. Dans la prude et très catholique Espagne les femmes n'avaient pas le droit de se mettre en maillot de bain sur la plage, les policiers de la garde civile nous faisaient peur et l'on n'évoquait pas le nom de Franco sans un certain frisson. L'hiver j'attendais avec impatience les diffusions télévisées, en noir et blanc, du tournoi des cinq nations que j'allais regarder chez notre voisin qui tenait un petit magasin d'électroménager. Parce que chez nous, il n'y avait pas la télévision. Par contre on ne parlait pas trop de notre autre voisine, c'était une divorcée. Je ne comprenais pas trop ce que cela impliquait mais à écouter mes parents je sentais bien que ce n'était pas correct.

A 20 ans, j'ai eu une petite amie, comme on disait à l'époque, qui vivait à 900km de chez moi. Chaque matin j'attendais avec impatience le facteur qui allait, peut-être, me déposer la lettre qu'elle m'avait envoyée deux ou trois jours auparavant. On se fixait des rendez-vous téléphoniques plusieurs jours à l'avance pour être sûrs que l'autre se trouverait bien à portée du combiné quand le téléphone sonnerait.

Mes premiers écrits de journalistes sont sortis d'une machine à écrire qui devait peser dans les 15kg.

Sur le terrain, il fallait que je trouve une cabine téléphonique et y glisser quelques francs pour dicter mon papier à une sténo de presse qui le tapait à la machine avant de le confier aux clavistes de l'atelier. Ils le composaient pour qu'il parte sous sa forme d'article sur les tables lumineuses. Nous étions 300 salariés au journal dont les deux tiers aux services techniques.

 

Aujourd'hui je viens de terminer sur internet ma réservation d'hôtel pour ma petite escapade à Prague et Budapest. L'été dernier j'ai passé mes vacances en Espagne. A la terrasse du café j'ai vu passer de splendides autochtones légères et court vêtues, des couples homosexuels qui se promenaient main dans la main et j'ai toussé quand mon voisin a allumé son pétard. Je viens de regarder le journal télévisé durant lequel les journalistes nous ont parlé pour la nième fois du couple franco-allemand au chevet de l'Europe. J'ai du mal à comprendre ce qu'idéologiquement séparent les différents candidats à l'élection qui se prépare. Avant de rentrer je suis passé prendre mon neveu à l'école pour dépanner ma soeur. Je l'ai déposé avec son copain Rachid chez la maman de Youssef. Il était tout heureux que j'ai pensé à lui rapporter sa D.S, sinon il aurait été le seul des trois à ne pas en avoir et se serait ennuyé.

Ce soir j'hésite sur le programme télé même si malgré les 85 chaînes comprises dans mon abonnement je trouve le choix restreint. Evidemment si j'aimais le foot, ce serait plus facile, j'ai le choix ente six matches différents. Il faut dire que je suis seul ce soir, mon amie est en déplacement au Brésil, on a tchatché sur skype tout à l'heure. Mon fils m'a prévenu par sms qu'il ne rentrait pas, ce soir il reste manger chez sa mère.

Je passe un dernier regard sur Facebook et sur twitter. Je termine mon article, l'essentiel des infos je les ai trouvées sur le net. Je valide mon papier directement dans la page. Au journal à cette heure-ci il n'y a plus grand monde. Il faut dire que nous ne sommes plus qu'une petite centaine de salariés. Demain je vais toucher mon camescope, désormais il faudra que je ramène de l'image et du son pour notre site internet.

Je me cale sous ma couette et là, j'avoue, j'ai un réflexe de vieux : je prends un livre.

 

N.B. : Ce texte doit me servir d'introduction à un cours où j'espère amener les étudiants à s'interroger sur les grandes mutations techniques, sociales et politiques qu'a connu notre société ces cinquante dernières années. J'ai choisi un cas concret que je connais bien : le mien. si le coeur vous en dit, vous avez le droit d'enrichir ma réflexion.

Repost 0
Published by chblogacricri
commenter cet article