Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Christophe Verkest blog
  • Le Christophe Verkest blog
  • : Un peu de tout sur n'importe quoi. Sérieusement sans se prendre au sérieux.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens

16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 17:47

Publié dans le Courrier Picard du 02/02/15

Les 140 salariés de l’entreprise Sapsa Bedding à Saleux vont perdre leur
emploi. Que l’on soit à 1143 comme chez Goodyear, à 140 ou à 7 ou 8 ;
lorsque l’on perd son emploi, c’est violent, c’est angoissant et ça fait
mal. Et face à cette nouvelle disparition de notre territoire d’un site de
production, mes certitudes de bon consommateur tricolore sont un
peu ébranlées. Certes, depuis que je sais qu’ils sont fabriqués en
France, j’achète toujours la même marque de caleçons. On place sa
bonne conscience tricolore où l’on peut. Mais avant de choisir un matelas,
ai-je consulté l’étiquette pour savoir s’il était fabriqué en Chine,
en Albanie ou à Saleux ? Me suis-je assuré, un jour, en changeant les
pneus de ma voiture, que je m’étais procuré des Goodyear sortis de
l’usine amiénoise ? Difficile dans ce domaine de faire concorder nos
actes et nos beaux discours. D’autant qu’il n’est pas facile de s’y retrouver.
Entre une Toyota fabriquée à Valenciennes et une Renault
construite en Slovénie, quelle voiture acheter pour sauver la France ?
Autant d’interrogations qui me laissent à penser que face aux profondes
mutations que connaît l’économie mondiale, il est sûrement
bien illusoire de croire que nos réflexes « made in France » apporteront
à eux seuls la solution. C’est un peu comme vouloir endiguer une épidémie
avec une boîte de pansements. Déjà, rien que cette expression,
« made in France », choisie pour promouvoir les produits fabriqués sur
notre territoire… Arrêtez-moi si je dis une bêtise, mais si je ne
m’abuse dans « made in France » sur trois mots, il y en a deux qui ne
viennent pas de chez nous. On aurait dû se méfier.

Repost 0
Published by chblogacricri - dans L'imparfait
commenter cet article
30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 14:56

Publié dans le Courrier Picard du 26/01/15

Vous êtes nombreux à avoir lu, notamment sur Internet, notre article sur la fermeture de la librairie Évrard. Et beaucoup d’entre vous ont regretté de voir une institution du commerce amiénois disparaître ainsi. Un peu tard toutefois. Les gens lisent de moins en moins, n’achètent plus de livres et s’étonnent que les librairies mettent la clef sous la porte. Il en va de même pour la presse. Le terrible attentat contre Charlie Hebdo et les manifestations qui ont suivi ont donné l’occasion de le rappeler: pour défendre la liberté de la presse, encore faut-il qu’il y ait une presse. Et plus que le terrorisme c’est l’économique qui est en train de la tuer à petit feu. Régulièrement sur la page Facebook d’Amiens, des lecteurs – ou plutôt des personnes qui aimeraient bien l’être – râlent avec plus ou moins de finesse parce que l’accès aux articles de notre journal est payant (après la première consultation). Ben oui… Les informations, dont les internautes sont visiblement friands, ce sont des journalistes qui vont les chercher, les vérifient et les mettent en forme. C’est leur travail. Vous accepteriez, vous, de travailler sans jamais recevoir de salaire? En achetant le journal, papier ou sur le net, vous permettez que les journalistes puissent continuer à faire leur boulot. C’est beaucoup plus efficace que d’aller manifester dans les rues, même si évidemment il était important de le faire. Et puis surtout, une question me brûle les lèvres. Si les réalités économiques conduisent à mettre en bière tous les journaux, qui à l’avenir payera les miennes?

Repost 0
Published by chblogacricri - dans L'imparfait
commenter cet article
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 17:56

Publié dans le Courrier Picard du 19/01/15

Que les gens sérieux aillent voir ailleurs si j’y suis. Quelqu’un qui propose dans son programme électoral de « vraiment mettre trois cailloux dans la rue des Trois-Cailloux », moi, ça me fait rire. Aussi n’ai-je été ni surpris ni choqué que nos lecteurs élisent Nicolas Belvalette, personnalité amiénoise de l’année. Voilà un monsieur qui à la tête de la liste du Parti sans cible avait réuni
lors du premier tour des élections municipales, 801 voix, soit 2,17 % des suffrages exprimés. En plus, il n’était même pas dernier ! Pas mal, pour une liste qui proposait également d’élargir le créneau horaire de l’apéro mais aussi, et à la lumière des événements d’aujourd’hui; ça prend tout son sens, 'l’érection d’un monument aux morts de rire". Il y a au moins deux leçons à retenir de cette nomination par nos lecteurs. La première c’est que les membres de partis politiques, élus divers ou qui aimeraient le (re)devenir, ont du pain sur la planche pour regagner la confiance et la crédibilité que leur accordent de moins en moins les Français. Autant que le chiffre croissant des abstentions et celui de l’inquiétante montée de l’extrême droite, le fait qu’une frange des électeurs leur préfère de joyeux loufoques qui tournent, avec talent, le petit jeu politique en dérision, devrait les interpeller et leur faire mesurer la largeur du fossé qui les
sépare des « vrais gens ». Et la seconde leçon c’est que même, ou plutôt surtout, à une époque où l’on assassine des dessinateurs de presse, les Français ont envie de rire. D’ouvrir régulièrement cette soupape de sécurité, de déverrouiller les zygomatiques. De ne jamais oublier que s’il faut faire les choses sérieusement, il est essentiel de ne pas se prendre au sérieux. Bref, de s’autoriser à prendre le parti d’en rire.

Repost 0
Published by chblogacricri - dans L'imparfait
commenter cet article
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 17:48

Publié dans le Courrier Picard le 17/11/14

Ils n’ont pas de chance non plus les commerçants de la rue des Otages. Sous l’ancienne municipalité, les voitures ne pouvaient pas passer, ou si peu dans cette rue et ce n’était pas bon pour le commerce. Maintenant elles peuvent passer mais ne peuvent pas stationner et ce n’est toujours pas bon pour les affaires. Étrange réalité économique d’ailleurs que celle qui veut que les commerçants de cette artère se plaignent de la piétonnisation alors qu’à deux pas de là, les grandes enseignes se battent pour avoir pignon sur une rue où ne passent pas de voitures. Mais bon, là n’est pas la question et ces commerçants se souviennent qu’avant les véhi-
cules pouvaient stationner place René-Goblet. Certes, mais avant il y avait aussi un parking devant la gare, les voitures passaient rue des Trois-Cailloux et même place Gambetta. Des voitures sans airbag, ni pot catalytique. C’était l’époque où l’on fumait au bureau et où les pots de départ ne se faisaient pas au jus d’orange et au cidre doux. Et en plus, Jim Morrison n’était même pas mort. Bref, tout ça c’était avant. Depuis les villes n’ont cessé de grandir, de se densifier et d’accueillir de plus en plus d’automobiles. Et l’on ne peut pas indéfiniment les laisser toutes s’engouffrer dans ce goulot d’étranglement que sont les centres-villes en faisant croire à leurs conducteurs qu’ils vont trouver pile poil une place devant le magasin où ils ont décidé de faire leurs achats. Et l’actualité de la rue des Otages est là pour nous rappeler que ces réels problèmes de circulation ne se régleront ni en adoptant une position dogmatique genre « vous irez tous en bus ou à vélo », ni en décrochant simplement un sens interdit au bout d’une rue.

Repost 0
Published by chblogacricri - dans L'imparfait
commenter cet article
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 18:01

Publié dans le Courrier-Picard le 11 mars 2014

Difficile d’échapper à la mort ce week-end. Aux tombes et aux chrysanthèmes. Mais pour avoir regardé mardi dernier, « Un jour, une histoire » sur France 2, une émission consacrée à Simone Veil, mes pensées sont surtout allées à toutes ces personnes qui, elles, au cœur de l’horreur, n’ont pas eu le droit à une sépulture. Dans cette émission sur cette femme remarquable (qui a fait moins d’audimat que Brigitte Bardot, mais, bon, passons...), on la voit revenir à Auschwitz près de 60 ans plus tard en compagnie de ses enfants et petits-enfants. Et cette scène m’a remis en mémoire ma rencontre à Amiens avec Nisso Pelossof, aujourd’hui disparu. C’était en 2009 et lui aussi, 65 ans après, avait fini par accepter de revenir à Auschwitz dont il était le seul rescapé de toute sa famille, arrachée de son île de Rhodes un jour de 1944. Il avait accompagné en Pologne des collégiens de la Somme. Le jour de notre rencontre, Nisso Pelossof, photographe à Saint-Pierre et très connu à Amiens pour être à l’origine de l’association de sauvegarde des hortillonnages, m’a raconté cette étrange anecdote. Au moment de se recueillir sur une des plaques commémoratives, il s’est penché sur celle écrite en grec, son pays d’origine. Et il a prié. Mais comme il n’était pas pratiquant, lui qui avait été déporté ici parce qu’il était juif, a dit la seule prière qui lui est venue à l’esprit . « Mon épouse était catholique et comme à force de faire des photos de mariage, je connaissais cette prière par cœur, j’ai récité le Notre Père »...

Repost 0
Published by chblogacricri - dans L'imparfait
commenter cet article
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 15:16

Publié dans le Courrier Picard le 27/10/2014

Ils n’ont pas de bol les propriétaires d’appartement dans la tour Perret. Il y a bientôt dix ans de cela, on leur a collé au-dessus de la tête un cube en verre qui donne l’heure quand il s’allume. À condition évidemment de connaître l’âge du capitaine et la racine carré de 47 ou de 49 selon le sens du vent. Mais sinon, à part ça, c’est simple.

Toujours est-il que ce traitement sommital, comme il est d’usage de l’appeler, a fait grimper les charges des copropriétaires de manière vertigineuse. Terme particulièrement approprié dans ce genre d’édifice.

Le problème c’est qu’après avoir vu le danger venir d’en haut, voici que cette fois, la menace vient d’en bas. L’aménagement du Carré Perret prévoit un passage piétonnier sous la tour, en lieu et place des locaux actuels de Véloservice, propriété d’Amiens Métropole qui à ce titre participe au paiement des charges de la copropriété.

Et si ces locaux disparaissent, ça fera un propriétaire en moins et du coup les charges des autres copropriétaires vont augmenter. C’est mathématique.

Mais, apprend-on, la Métropole, bonne fille, planche pour trouver une solution qui lui permettrait de continuer à verser son obole et éviter ainsi aux copropriétaires un nouveau coup de fusil.

Ce qui revient à dire, arrêtez-moi si je dis une bêtise, que la collectivité cherche un biais pour payer quelque chose qu’elle ne devrait plus payer puisque le local n’existera plus… Tout ceci, accessoirement, avec notre argent. On vit une époque formidable, non?

Repost 0
Published by chblogacricri - dans L'imparfait
commenter cet article
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 19:23

Publié dans le Courrier Picard le 19/04/14

La France est championne d’Europe du nombre de communes. 36 681, là où l’Allemagne n’en compte que 11 253 et l’Italie à peine 8000. On peut regretter cet état de fait. Déplorer cette dilution des responsabilités. Estimer qu’à l’heure de l’Europe, la commune n’est plus un niveau pertinent de prise de décision. Trouver que cela coûte cher. Mais on peut aussi y voir l’étendard de la ruralité, l’image d’une France fière de la diversité de son territoire. Mais quoique l’on en pense, il se trouve qu’aujourd’hui ces communes existent et qu’elles doivent avoir les moyens de fonctionner correctement. Et l’habitant d’une commune de 78 personnes a les mêmes droits que celui d’une grande ville. Alors qu’un village comme Saint-Pierre à Gouy se dote d’une vraie mairie en dur, quoi de plus légitime? Surtout que les gens qui sont passés par ce village, un peu avant Picquigny en venant d’Hangest-sur-Somme, ont pu remarquer qu’elle n’a rien de fastueuse. Plutôt genre petite maison dans la prairie. Et si on veut traquer les dépenses publiques inutiles, il y a de quoi faire ailleurs. Comme avec ces élus de grande ville qui vont à Paris en voiture avec chauffeur plutôt que de prendre le train. Sans compter les fameux cocktails servis pour un oui ou un non. Et là, je sais de quoi je parle. En trente ans de carrière, j’en ai bu des coupes dans ces buffets officiels! Mais attention, moi, ce n’était pas pareil. C’était uniquement pour mieux me fondre dans la masse et aller quérir des informations essentielles. Pas du tout parce que j’aime le Champagne. Quasiment par obligation professionnelle…

Repost 0
Published by chblogacricri - dans L'imparfait
commenter cet article
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 16:12

Une sélection de mes statuts Facebook...Désolé. 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le 7 août 2010 après un voyage en Belgique

Si à Gand on marche main dans la main, qu'est ce que l'on peut bien faire à Saint Jean pied de port ? 

Le 24 mars 2011, lendemain du décès d'Elizabeth Taylor

Il paraît que les derniers mots du médecin personnel d'Elizabeth Taylor à sa patiente ont été:  "ça va Liz ?", mais j'ai un doute. 

 Le 28 avril 2011

J'aime bien l'affichette du CP du jour : Sécheresse : l'eau commence à manquer. J'avoue que "Sécheresse : l'eau abonde" aurait été plus surprenant.

 Le 15 septembre 2011

Euro de basket : attention aux Grecs, ce sont les spécialistes du panier percé ! 

 Le 14 février 2012 (mais ça marche tous les ans)

Saint Claude le lendemain de la Saint Valentin...Y'a t-il un rapport de cause à effets ? 

 Le 27 juillet 2012

Je vois arriver le jour où l'on va me dire : "Il faut traquer les anglicismes, surtout dans la version print"... 

 Le 21 décembre 2012, le jour de la fin du monde..

La fin du monde a bien mal commencé ce matin : mon réveil a sonné... 

Le 3 avril 2013

Depuis que je sais que les blagues Carambar peuvent rapporter 70 euros, j'ai décidé de m'entraîner. Première tentative : "Sur quoi écrivent les vieux Soviétiques ? " Sur Papyrus.
Je sais, c'est affligeant... 

Le 17 mai 2013

Le doute m'habite. Lorsque je fais du vélo d'appartement, est-ce que je lutte efficacement contre la sédentarité ?

 Le 21 mai 2013

Savez-vous ce que m'a dit la soeur de mon kiné ? "Mon frère est masseur". Sur le coup, ça m'a laissé sans voix...

Le 3 juin 2013 après la victoire de Castres en championnat de France de rugby

Quand je pense que l'entraîneur des Castrais s'appelle Labit....

Le 27 février 2015

Ma pensée du jour : Il ne faut pas confondre une plaisanterie qui va cartonner et une blague à tabac...

Le 18 mai 2015, juste pour le plaisir

Petite question aux coureurs nordistes. Vaut-il mieux démarrer une grimpette à Lille ou attaquer une côte à Loos ?

Le 12 juillet 2015, annonce des festivités du 14 à Amiens 

Demain 13 juillet concert de Jean-Jacques Debout dans la cour de l'hôtel de ville. Il reste des places assises...Je sais, c'est nul mais je n'ai pas pu m'empêcher.

Le 23 septembre 2015 

Une question me brûle les lèvres. Doit-on dire : "J'attends une missive de Bangkok" ou "J'espère un message thaïlandais" ?

Le 11 décembre 2015

Parfois on fait des choses idiotes dans la vie. Ce matin pour m'aider à enfiler mon gant droit, j'ai enlevé mon gant gauche. Je vous laisse réfléchir à ça...

Le 18 décembre 2015

Ce matin en passant devant l'étal du marchand de primeurs, j'ai vu des choux de Bruxelles "origine France". C'est étrange, non ?

Le 2 janvier 2016

Une question me brûle les lèvres. Si l'on fait une "duckface", peut -on dire que l'on fait des simagrées de canard ?

Le 7 janvier 2016

Finalement, si on ne retient que leur habitude de se promener avec un bâton à la main, il n'y a pas de différence entre un maréchal et une majorette. 

Le 9 février 2016

A Doullens, la soirée dansante et choucroute (sic) se fera sur le thème "Latino"... Je pense que la soirée paëlla sera, elle, animée par un orchestre bavarois.

Le 19 février 2016

Quand tu crées une adresse gmail, tu dois renseigner ton sexe. Et tu as le choix entre homme, femme et autre. Je suis dubitatif sur ce troisième choix..

Le 10 avril 2016

Sur le net des personnes consultent régulièrement mon profil. Et ça m'embête un peu parce que je me préfère de face.

Le 1° mai 2016

Je viens de découvrir qu'il existait une race de chien qui s'appelle "Shih-Tzu". Je ne sais pas comment vous, vous le prononcez mais moi je trouve que c'est un peu merdique comme nom.

Le 23 mai 2016

Aujourd'hui je suis allé acheter un jean. Il y avait un rayon entier de jeans "jambe droite". J'ai préféré en prendre un pour deux jambes...

Le 9 juin 2016

Je viens de croiser dans la rue, une vieille dame visiblement un peu à l'ouest qui parlait toute seule. Quand je pense qu'il suffirait qu'elle se mette des écouteurs dans les oreilles avec un fil qui pend devant elle, pour qu'elle paraisse complètement normale....

 
 

 

 

 

Repost 0
Published by chblogacricri - dans Les petites perles
commenter cet article
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 14:39
Album - Veurnes
Album - Veurnes
Album - Veurnes
Album - Veurnes
Album - Veurnes
Repost 0
Published by - dans photo
commenter cet article
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 11:14

Agacé. Chris Froome est agacé que l'on ne cesse de se poser des questions sur ses performances dans le tour de France. Toute son équipe est agacée et d'autres coureurs cyclistes aussi. Et de dénoncer un quasi procès en sorcellerie dont se rendraient coupables les médias. Ben oui, si Chris Froome est un coureur "propre" (on peut rêver, ce n'est pas interdit) c'est sûrement très agaçant d'entendre parler de dopage. Mais,  messieurs du peloton, c'est la faute à qui tout cela ?  Si tout le monde se pose des questions au moindre coup de pédale efficace d'un coureur du tour dans un col, c'est parce que  l'histoire du cyclisme est malheureusement remplie de nombreux  cas de dopages. Et que face à cela c'est trop souvent l'omerta qui a prévalu. On se souvient comment ont été traités, par les autres coureurs, les rares hommes qui ont eu le courage de vouloir lever le voile. Ostracisés, vilipendés, devenus à jamais de vilains petits canards qui n'avaient plus leur place dans la "famille". Alors maintenant,  oui le doute est partout et il touchera peut être des coureurs qui ne le méritent pas. Mais ce n'est pas une fois que l'on a cassé son jouet qu'il faut se préoccuper de sa capacité de résistance aux coups.

Repost 0
Published by chblogacricri - dans Sports
commenter cet article