Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Christophe Verkest blog
  • Le Christophe Verkest blog
  • : Un peu de tout sur n'importe quoi. Sérieusement sans se prendre au sérieux.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens

28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 18:01

Publié dans le Courrier-Picard le 11 mars 2014

Difficile d’échapper à la mort ce week-end. Aux tombes et aux chrysanthèmes. Mais pour avoir regardé mardi dernier, « Un jour, une histoire » sur France 2, une émission consacrée à Simone Veil, mes pensées sont surtout allées à toutes ces personnes qui, elles, au cœur de l’horreur, n’ont pas eu le droit à une sépulture. Dans cette émission sur cette femme remarquable (qui a fait moins d’audimat que Brigitte Bardot, mais, bon, passons...), on la voit revenir à Auschwitz près de 60 ans plus tard en compagnie de ses enfants et petits-enfants. Et cette scène m’a remis en mémoire ma rencontre à Amiens avec Nisso Pelossof, aujourd’hui disparu. C’était en 2009 et lui aussi, 65 ans après, avait fini par accepter de revenir à Auschwitz dont il était le seul rescapé de toute sa famille, arrachée de son île de Rhodes un jour de 1944. Il avait accompagné en Pologne des collégiens de la Somme. Le jour de notre rencontre, Nisso Pelossof, photographe à Saint-Pierre et très connu à Amiens pour être à l’origine de l’association de sauvegarde des hortillonnages, m’a raconté cette étrange anecdote. Au moment de se recueillir sur une des plaques commémoratives, il s’est penché sur celle écrite en grec, son pays d’origine. Et il a prié. Mais comme il n’était pas pratiquant, lui qui avait été déporté ici parce qu’il était juif, a dit la seule prière qui lui est venue à l’esprit . « Mon épouse était catholique et comme à force de faire des photos de mariage, je connaissais cette prière par cœur, j’ai récité le Notre Père »...

Partager cet article

Repost 0
Published by chblogacricri - dans L'imparfait
commenter cet article

commentaires